Avertir le modérateur

17 mars 2015

Augmentation de capital en argent liquide : ils l'ont fait

Un article intéressant dans La Gazette Asnières (cliquez sur le lien) rapporte qu'un citoyen asnièrois qui exerce pourtant de hautes responsabilités chez Anticor, une association anticorruption, a assisté à une augmentation de capital en argent liquide dans un pays, la Belgique, réputée pour sa générosité fiscale.

23 avril 2014

ATTENTION

 

 

Ces jours prochains, chers habitants d'Asnières-sur-Seine,

SOYEZ TRÈS ATTENTIFS

et prenez des notes. Elles serviront.

04 mars 2014

Les listes faux-nez et les autres

Tête de listeHistoireNom approximatif de la listeCouleur approximative
Celles contre le retour
Pietrasanta vainqueur du système Aesch. Asnières rassemblée gauche
Mühlmann opposante constante au système Aesch. Au centre de notre ville centre
Massol opposant historique au système Aesch. Front municipal pour Asnières droite
Et les faux-nez 
Déchenoix ancien colistier d'Aeschlimann    
Pourbagher ancien du cabinet d'Aeschlimann    
Fischer ancienne colistière d'Aeschlimann    
Aeschlimann ancien de lui-même ?    

02 octobre 2013

Le retour du vaincu

Ce n'est pas sans une immense surprise que les habitants d'Asnières-sur-Seine apprennent par la presse que l'UMP a décidé de miser sur Manuel Aeschlimann pour les élections municipales de 2014.

En 2008, il a pourtant perdu la mairie que la droite détenait depuis la nuit des temps. En 2009, les élections européennes à la proportionnelle donnent l'avantage à Barnier, mais le cumul des votes anti-UMP est frappant. Les régionales 2010 balaient l'UMP et c'est du jamais vu à Asnières. Le canton Nord d'Asnières est perdu par la droite et tombe dans les mains du PS aux cantonales de 2011. Les élections sénatoriales sanctionnent les divisions locales de l'UMP qui recule de 2 sièges tandis que les PS-PC-Verts progressent de 3. Au second tour de l'élection présidentielle 2012, François Hollande devance largement Nicolas Sarkozy. Une gifle pour Manuel Aeschlimann qui perd dans la foulée les élections législatives de 2012. Des défaites, des défaites, encore des défaites, toujours des défaites.

On dit que la commune reste à droite mais vote à gauche, parce qu'elle ne peut plus se résoudre à voter pour Manuel Aeschlimann et le rapport accablant de la chambre régionale des comptes rendu en 2007, mais publié en 2008 contrairement à tous les usages. En 2012, conseiller municipal d'opposition, il démissionne. Jugé coupable par la justice pour favoritisme dans l’attribution d’un marché public, il est condamné à dix-huit mois de prison avec sursis, un an d’inéligibilité et 20000 euros d’amende en appel. Il avait retiré son pourvoi en cassation. L'UMP le préfère donc au conseiller général Cyrille Déchenoix, son challenger de droite condamné en 2012 pour prise illégale d'intérêts à six mois de prison avec sursis et 5000 € d'amende, mais sans la sanction d'inéligibilité.

Il existe pourtant des candidats sans de telles condamnations à Asnières. Marie-Dominique Ristori, épouse Aeschlimann, présidente de son groupe d'opposition au conseil municipal et conseillère régionale pourrait représenter l'UMP aux prochaines élections municipales. Mais c'est une femme ? Josiane Fischer, ancienne adjointe du maire actuel Sébastien Pietrasanta, ancienne adjointe de Manuel Aeschlimann, ancienne RPR et présidente de son groupe UDI d'opposition. Mais c'est une femme ? Thierry Le Gac, conseiller municipal d'opposition, ancien colistier de Manuel Aeschlimann. Mais c'est un homme ? Laurent Martin Saint-Léon, conseiller municipal d'opposition, ancien colistier de Manuel Aeschlimann ? Mais c'est un homme ?

Il est probable que Manuel Aeschlimann soit un surhomme. Plus ça rate, plus on a de chances que ça réussisse. L'UMP a  pour de vrai désigné un schadock comme les Asniérois le dénomment avec bonhomie, mais ce n'est pas cela qui va faire regagner la mairie à la droite locale qui manque d'exemplarité à la différence de Bois-Colombes ou de Courbevoie notamment.

24 mai 2013

Les droites des egos

Encore une défection dans la camp de l'opposition de droite au conseil municipal du 23 mai 2013 à Asnières. Thierry Le Gac qui n'est pas très ami avec le clan Aeschlimann va rejoindre les bancs de Cyrille Déchenoix, une valeur sûre de l'UMP, condamné en 2012 à 6 mois de prison avec sursis et 5000 francs d'amende (selon Le Parisien). Le clan Aeschlimann ne vaut guère mieux avec l'inéligibilité toujours en cours de son leader Manuel (selon Le Parisien), valeur contestée de l'UMP locale, qui a démissionné du conseil municipal il y a quelques mois. Josiane Fischer, nouvellement UDI, a remis ses effets de 1ère adjointe au Maire et vole le leadership de l'opposition à Marie-Dominique Aeschlimann.

Seule a priori sans casserole, Josiane Fischer pourrait donc revendiquer la tête de liste d'une droite rassemblée pour les municipales 2014 sous un drapeau UMP/UDI ? Toutefois les capacités de rassemblement de cette grande dame ne sont pas évidentes : plus de 70% des membres de son groupe au conseil municipal lui ont tourné le dos. On n'a jamais su le fin mot de cette histoire. Son slogan loin des partis, proche des habitants fait partie des antiquités. Vive l'UDI et les calculs partisans : et rien ne dit que ce parti lui donnera l'investiture.

Le 5 ou le 6 juin prochain, l'UMP divisée comme il se peut, décidera qui ménera la liste des municipales. Nous allons nous amuser entre les dommages ciblés et les dommages collatéraux.

21:28 Publié dans Vie locale | Lien permanent | Commentaires (0)

22 mars 2013

L'éveil lourdingue des droites

Josiane Fischer a son heure de gloire dans le fanzine "Première Heure" avec un titre mieux que France Dimanche : "Josiane Fischer UDI/Asnières : la 1ère adjointe de M. Pietrasanta rompt le 'pacte' de gauche de 2008 : 'je ne suis pas devenue socialiste.'" Ouf. On a eu peur.

Si les électeurs se souviennent, il n'y a pas eu de pacte gauchiste (ou alors Josiane les aurait trompés ? Tssss). En 2008, le pacte républicain entre les divers droite, les sans étiquettes, le modem, les verts et le PS visait à expulser  Aeschlimann, avec son système et son équipe. Ce fut chose faite.

Aeschlimann étant un professionnel de la politique qui a commencé sa carière avec le RPR, en a été exclu, puis a mangé à nombre de râteliers dont Génération écologie et surtout à l'UMP tendance sarkozysme. Lourdement condamné pour des bricoles de favoritisme, il a aussi perdu tous ses mandats, mais sera de nouveau éligible aux élections de 2014. La machine à perdre de la droite dure, opportuniste et népotique est de retour.

L'UDI, c'est beaucoup de Borloo qui aurait dû se contenter d'être le bon maire de Valenciennes avant que de devenir le collaborateur de l'UMP au pouvoir sarkozyste. L'UDI, c'est Rama Yade qui aurait dû préférer sa questure que serrer la louche, tout sourire, à un dictateur lybien. À Asnières, Rama Yade serait Serge Danlos, dit-on. Voire.

Le tandem Pietrasanta-Fischer tient depuis 5 ans, bien plus que le gourou de la stratégie électorale (Aeschlimann) l'avait prédit benoîtement. Car l'ancienne élue d'Aeschlimann qui a prouvé sa compatibilité avec Pietrasanta, prend désormais ses distances. Quelle en sera l'issue ? Probablement une alliance à terme avec l'UMP sur le registre "je-te-déteste/je-t-aime".

Les premières candidatures de droite dispersée avec des figures de proue condamnées pour favoritisme dans l'attribution d'un marché public, pour prise illégale d'intérêts, etc. posent question. Vierge de toute condamnation, Fischer pourra expliquer comment la dette a explosé quand elle était maire-adjointe d'Aeschlimann... Et là...

La baronne de la lutte anti-corruption Anticor saura-t-elle éviter de faire collusion avec ses ennemis de droite d'hier ? Le message qu'elle délivre dans Première Heure ne rassurera pas l'électeur asniérois. Virer en tête, c'est bien. Pour se raccrocher avec la droite glauque au second tour, c'est faire revenir l'immonde dans la bergerie.

Le Parti Radical Valoisien doit réagir : la République n'est pas un enjeu, c'est une valeur. La Mairie n'est pas une ambition, c'est une charge. Et quant on a foiré, on fait profil bas, on ne revient pas.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu